Seule…la lutte du soir

Je peux le dire franchement…j’ai la hantise du diner du soir avec les grognons. Pourtant je suis très souvent seule avec les jumeaux. 3 WE sur 4 je gère les doudous seule en essayent de rythmer les 2 journées par des sorties, la sieste, les temps de jeu, le bain bref on s’en sort pas trop mal (même si WE n’a désormais plus du tout l’aspect de détente et repos !!!)

Mais le diner….

Cela commence par les « chougnages » à la sortie du bain jusqu’à ce que je les pose dans leur chaise haute. Là il faut absolument trouver une occupation avec des ustensiles de cuisine, des tétines, des morceaux de pain à grignoter ET intervertir régulièrement ET se dépêcher…

Pendant ce temps il faut préparer les biberons EN CACHETTE derrière la table ou en leur tournant le dos car ces messieurs dames n’ont pas la patience d’attendre entre la purée et le biberon, why not on ne sait jamais s’il se désintégrait !

Ensuite commence les pleurs intenses quand je pose le petit pot pour le réchauffer. 30S de montée en puissance avec des soupirs et des cris de fin du monde. Et là … après de multiples tentatives il se trouve que mon fils NE PEUT PAS partager et hurle quand je donne la cuillère à sa sœur. J’ai tenté de ne pas céder pendant plusieurs semaines mais les cris ont eu raison de ma bonne volonté. Donc pendant que Madame grignote du pain, Monsieur enchaine (surtout ne pas faire de pause entre la purée puis le biberon).

Enfin quand Monsieur est un peu rassasié je peux passer à sa sœur qui elle mange deux cuillères puis tourne la tête en criant (sans larmes je précise). Il faut donc user de subterfuges pour l’intéresser à autre chose et pendant ce temps elle ouvre la bouche machinalement et mange presque toute sa purée. Et là 30ml de biberon avant de refaire la grimace et de se retourner dans sa chaise. Le calcium ça sera pour le matin hein ??!!

Sachant que de l’autre côté les pleurs reprennent, oui Monsieur digère vite !, nous passons donc à la compote pour les deux en même temps avec du jonglage de cuillère pour accéder à des bouches un coup à droite, derrière puis à gauche avec un petit coup de bras dedans histoire de décorer un peu plus le pyjama. Et enfin le calvaire est fini et le calme peut revenir quelques minutes avant le coucher.

J’ai franchement tout essayé, manger plus tôt, plus tard, en même temps, séparément, biberon avant la purée, musique douce mais rien n’y fait 😦 Cela sans compter les dents, la chaleur, zéro sieste la journée : là n’en parlons même pas !!!

Je rêverais d’avoir 4 bras et surtout de ne pas faire passer toujours sa sœur en second pour les repas mais je n’ai toujours pas trouvé la solution miracle. J’essaye de passer outre ma crainte quand 18h30 approche mais j’avoue que certaines fois j’ai très envie de les laisser avec leur purée, leur biberon et leurs cris et de fermer la porte de la cuisine quelques instants !!

4 réflexions sur “Seule…la lutte du soir

  1. Dans mes bras! j’ai quasiment les mêmes à la maison!!! Perso entre le bain et le repas, le temps que je prépare leur diner, je les mets chacun dans leur lit, avec un jouet ou un petit livre, la plupart du temps, ils finissent pas se calmer et se poser un peu. Je ne vais les chercher que quand le bib est prêt, la purée réchauffée, et un bout de pain déjà posé sur la tablette de leur chaise haute. Ca permet de faire un début de repas à peu près serein, mais tout comme chez toi, mon fils a beaucoup de mal avec le une cuillerée sur deux au début du repas, et ils ne faut pas qu’ils voient leur bib avant la fin de la purée et de la compote!!! Et le bib c’est enfin le moment calme, apaisé, tous les deux contre moi dans le canapé, un bon moment tous les trois quoi…

    Aimé par 1 personne

  2. Merci cela me rassure je me sens mois seule !!!! Je me dis qu’il faut tenir bon jusqu’au moment où ils mangeront seuls (même si ce ne sera pas de tout repos non plus 😉 mais j’avoue que finir une journée de travail avec cette ambiance ce n’est pas facile… Je vais tenter les lits avant sur tes conseils. Et malheureusement de mon côté ils ne tiennent pas leur biberon tout seul du coup obligés de rester dans le transat… Bon courage en tout cas et surtout suite à ton dernier article, n’ayant pas de famille proche (800km) je comprends tout à fait. C’est difficile de lâcher prise mais de temps en temps c’est indispensable et puis les grands parents sont souvent super contents de pouvoir aider et profiter des enfants.

    J'aime

  3. Ah ah ah je suis morte de rire derrière ma jolie cloison d’open space. J’ai des soirées comme ça, le genre de moment où tu n’es qu’amour, tendresse, patience et bonheur face à ceux que tout le monde sauf toi appelle les huitièmes merveille du monde. Mention speciale aux bibs préparés en cachette et à la tête de bébé pourtant affamé qui ne sait faire que la girouette. Des chameaux !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s