Ta famille + ma famille = notre famille

Nous voilà de retour après une semaine intense que l’on pourrait considérer comme la tournée officielle des papis et mamies !

Nous sommes tous les deux loin de nos familles respectives qui sont en Bourgogne ou à Marseille. Nous les voyons surtout pendant les vacances et plus particulièrement mes parents car ils sont ravis d’avoir les enfants et personnellement, comme je suis souvent seule avec les doudous, j’ai forcément le réflexe et l’envie de rentrer voir les miens.

Cette semaine nous nous sommes arrêtés à Chalon à l’aller voir les parents de l’homme (la maman et son beau père), nous avons continué jusqu’aux miens puis nous sommes remontés en Bourgogne pour faire un arrêt chez le frère de l’homme qui avait invité leur père et leur belle-mère.

Bref oui oui les crapauds ont 6 grands parents. J’ai tenté de leur faire un arbre généalogique simplifié pour leur expliquer les tontons et les papis mamies mais à part le fait d’avoir bien ri ils n’ont rien compris et tout s’est terminé en caca boudin et caca qui pète (après le non, on évolue carrément non ?!? )

Bon ce n’était pas de notre arbre généalogique dont je voulais vous parler mais plutôt mon ressenti après avoir partagé ces moments familiaux. Je me rends compte que si nous avons tous juré étant jeunes : je ne serai pas comme ma mère, ou je ne serai pas comme mon père ou… pour rien au monde je ne ferai les mêmes choses que mes parents. Et bien finalement c’est lors de réunions familiales que l’on capte furtivement des explications, un mode d’emploi ou que l’on peut ressentir de la compréhension, de l’empathie pour celui ou celle qui partage notre vie. Notre éducation, notre jeunesse, nos douleurs, notre « moule » familial, notre relationnel entre frères et soeurs sont tellement différents – c’est dans ces moments de « retrouvailles » que l’on se rend compte de ce que l’autre a vécu, quels étaient ses modèles, son éducation, les douleurs cachées, les non-dits, les souvenirs indélébiles. Cela ne veut pas dire qu’il faille être défaitiste (j’espère) en se disant il (ou elle) a grandi de cette manière, ne changera pas et sera à l’image exacte de sa famille.

Je le ressens plus comme une aide à mieux « construire » notre propre famille, ce sont des cartes avoir en main pour avoir plus de patience, mieux comprendre une réaction, accompagner l’autre dans des décisions qui peuvent le toucher plus particulièrement. Finalement nos enfants ont eux aussi un peu de l’éducation de leur grands-parents ! Ils se retrouvent face à deux personnes qui essayent elles-mêmes de se construire perpétuellement avec ce que leurs parents leur ont laissé et leur propre expérience. Je crois que ce n’est pas facile pour tout le monde de concevoir que l’autre voit rose alors que nous le voyons gris. Sainte concession et sainte patience aidez-nous 😉

Bref je trouve que malgré ce marathon pas forcément reposant des papis mamies cela a apporté une note de consolidation ou du moins de compréhension dans mon couple et j’espère avoir pu glisser quelques jokers dans mes manches pour les parties houleuses ou intenses qui ne manqueront pas de pointer le bout de leur nez dans les jours, semaines ou mois à venir !!!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s