Sortie au musée à 5 ans

IMG_8485

A la demande des enfants je leur ai promis de faire deux musées avant le départ en vacances. Nous avons donc fait Pompidou (ci-dessus) et le Louvre.

Centre Pompidou – The Late Palaeolithic

Peu de monde. Expo dans la Galerie des Enfants sur la préhistoire assez rapide et facile. Pour des enfants de 4-5 ans c’est pas mal. A mon avis 6ans max. Cela reste assez « simple ». Nous avons donc fait un tour sur les conseils de l’accueil au 4ème étage où il y a des oeuvres qu’ils peuvent aimer comme la « salle des écouteurs » ou le Jardin d’hiver. Je crois sincèrement que leur moment préféré a été de monter les 6 étages dans les escalators des tubes transparents !

Le Louvre – Atelier Petits Contes d’été

J’ai pris les billets en amont. Surtout ne passez pas par l’entrée sous la Pyramide (via le Carrousel) mais plutôt par l’entrée face Palais Royal. Prévoir une bonne demi-heure de file d’attente. L’atelier dure 1h30. Clairement trop long pour les miens. Une heure c’était parfait. On commence par un RDV dans une salle en bas, l’animatrice met de l’ambiance et lance une chasse à Elios (dieu du soleil) dans le musée. Et au fur et à mesure de la recherche elle s’arrête sur des tableaux et raconte des histoires. Très sympa mais à éviter en juillet car c’est le mois avec le plus de touristes et les salles sont assez remplies.

Chouettes expériences en tout cas ! A renouveler dans d’autres musées. Nous avions fait à 4 ans l’atelier du Quai Branly sur la pluie qui était très chouette aussi.

Bientôt 5 ans…

Cela fait un peu cliché je sais mais le temps passe bien trop vite. Déjà 5 ans.

5 ans de mes deux crapules, un tas d’étapes, de challenges, des coups de mou, des succès, des fous rires, des cris, des pleurs, des crises, des accidents, du bonheur, des chamailleries, des instants volés, peu de tête à tête mais une équipe soudée, de la jalousie, la fin de la sieste, des conversations d’adultes, un « s »eveux sur la langue, des bouderies, des trottinettes de grands à deux roues…

Je pourrais faire une longue liste…

J’oscille entre nostalgie de mes bébés et bonheur de pouvoir profiter d’une certaine liberté désormais. Nous pouvons sur des coups de tête aller au restaurant, partir la journée, veiller, prendre le train sans saouler tout le wagon, marcher dans tout Paris, partir en weekend tous les trois, aller diner au restaurant de papa le samedi soir comme des grands.

Est-ce égoïste de ma part ? Peut-être que ce qui me manque surtout c’est de moins ressentir leur dépendance, de devoir demander des câlins, de moins les avoir avec moi. J’aimais tant leurs pas hésitants au début de la marche, leur coupe de cheveux à la Mireille Mathieu ou leurs bouclettes, la découverte des mots et des sons, les mains potelées, leurs premières découvertes.

Mais chaque étape est un bonheur. Leur logique si différente de la notre et leurs conversations : je crois que c’est ce que je préfère en ce moment. Mes deux petites personnes d’amour, mon équipe !