Et ta vie de couple après 3 ans de jumeaux elle est au top ?

A. Du temps pour vous, du temps pour soi ?

A. Des diners en tête à tête ?

A. Des cinés ?

A. De la lingerie affriolante ?

A. Des discussions enflammées sur des sujets de fond pendant des heures ?

A. Des cadeaux ?

A. Des petits plats mijotés ?

A. Des virées entre potes ?

A. Des grasses matinées lovés dans le lit à regarder un film ?

A. Une écoute de plus de 30 secondes

Si tu as un moins de un A tu es : En mode parenthèse de couple

Si en plus, tu n’as pas de famille proche (géographiquement) pour t’aider et que ton homme travaille 14h par jour avec un WE par mois : tu es en mode +++ : Sors les rames

Sinon tout va bien hein 🙂 Mais quand même, qu’on se le dise : c’est dur !

La connivence entre nous deux en a pris une bonne claque, ma patience pour l’écouter, le seconder, le chouchouter comme j’ai pu le faire est au niveau 0 – ma douceur légendaire (si si je vous jure) est passée en mode efficacité et rentabilité – mes actions (autres que celles de mon travail) lui étaient en grande partie dédiées pour améliorer son bien être, elles sont désormais quasiment adressées à mes enfants uniquement – mes pensées, avant tournées vers notre vie de couple, sont en permanence en mode agenda, planning, gestion – mon temps libre qui était rien que pour lui (vu le peu de temps où on se voit) bah je fais une lessive.

Je vois qu’il en souffre, j’aimerais faire mieux, je n’y arrive pas, je vois aussi qu’il comprend. Je crois qu’on est tous les deux en mode « ça va passer, ils vont grandir et être plus autonomes ». J’espère juste qu’on ne va pas en sortir trop maltraités et trop éloignés. Lire la suite

Sans commentaire #21

Cet instant furtif de la journée quand tu n’es pas avec eux et que tu as cette montée d’amour, de manque, de fierté, de nostalgie et que tu donnerais tout pour les serrer dans tes bras et te dire qu’ils sont bien vrais, bien là, ces deux plus belles choses de ton existence…

Leurs différences

Cette différence m’a tout d’abord rassurée. C’est bête je sais mais le fait d’avoir un garçon et une fille me semblait plus facile. Allez savoir pourquoi ! Je pense que j’avais un peu peur d’avoir deux petits êtres identiques devant moi, une relation fusionnelle qui pourrait nous exclure, un mimétisme étrange…des tas d’idées reçues débiles mais qui,avant d’avoir des jumeaux, me paraissaient importantes à considérer.

Aujourd’hui je crois, même si je sais parfaitement qu’ils ont chacun leur caractère, que je suis épatée, amusée, intriguée sur le fait de les avoir conçus de la même façon, de les élever de la même manière et de voir à quel point ils sont si différents !

21 mois qu’ils grandissent côte à côte… Régulièrement l’un prend le pas sur l’autre, lance une phase (plus ou moins sympathique au demeurant) puis l’autre prend le relais quelques semaines après. Ça donne l’impression que tout dure un peu plus longtemps…quand vous pensez être sorti d’un truc et bah non ! C’est un peu comme les maladies à la crèche, quand une se termine une nouvelle arrive et ainsi de suite 🙂

A sa naissance ma fille était calme mais calme. Pas de pleurs, elle faisait ses nuits et s’annonçait déjà très indépendante… et mon gros chat était tout l’inverse. RGO, coliques, pleurs pour le soir, pleurs la nuit, angoissé, demandeur de présence, de bras…

Puis madame a pris du galon et est devenue le leader de la « team bitise » (bêtise mais je pense que vous aviez compris). Elle a marché en premier tandis que monsieur chougnait quand il arrivait à se mettre debout dans son lit pour qu’on l’aide à se rasseoir ! Le gros chat un peu pataud et peureux mais qui essaye quand même en voyant sa sœur. Lire la suite