Bientôt 5 ans…

Cela fait un peu cliché je sais mais le temps passe bien trop vite. Déjà 5 ans.

5 ans de mes deux crapules, un tas d’étapes, de challenges, des coups de mou, des succès, des fous rires, des cris, des pleurs, des crises, des accidents, du bonheur, des chamailleries, des instants volés, peu de tête à tête mais une équipe soudée, de la jalousie, la fin de la sieste, des conversations d’adultes, un « s »eveux sur la langue, des bouderies, des trottinettes de grands à deux roues…

Je pourrais faire une longue liste…

J’oscille entre nostalgie de mes bébés et bonheur de pouvoir profiter d’une certaine liberté désormais. Nous pouvons sur des coups de tête aller au restaurant, partir la journée, veiller, prendre le train sans saouler tout le wagon, marcher dans tout Paris, partir en weekend tous les trois, aller diner au restaurant de papa le samedi soir comme des grands.

Est-ce égoïste de ma part ? Peut-être que ce qui me manque surtout c’est de moins ressentir leur dépendance, de devoir demander des câlins, de moins les avoir avec moi. J’aimais tant leurs pas hésitants au début de la marche, leur coupe de cheveux à la Mireille Mathieu ou leurs bouclettes, la découverte des mots et des sons, les mains potelées, leurs premières découvertes.

Mais chaque étape est un bonheur. Leur logique si différente de la notre et leurs conversations : je crois que c’est ce que je préfère en ce moment. Mes deux petites personnes d’amour, mon équipe !

Ta famille + ma famille = notre famille

Nous voilà de retour après une semaine intense que l’on pourrait considérer comme la tournée officielle des papis et mamies !

Nous sommes tous les deux loin de nos familles respectives qui sont en Bourgogne ou à Marseille. Nous les voyons surtout pendant les vacances et plus particulièrement mes parents car ils sont ravis d’avoir les enfants et personnellement, comme je suis souvent seule avec les doudous, j’ai forcément le réflexe et l’envie de rentrer voir les miens.

Cette semaine nous nous sommes arrêtés à Chalon à l’aller voir les parents de l’homme (la maman et son beau père), nous avons continué jusqu’aux miens puis nous sommes remontés en Bourgogne pour faire un arrêt chez le frère de l’homme qui avait invité leur père et leur belle-mère.

Bref oui oui les crapauds ont 6 grands parents. J’ai tenté de leur faire un arbre généalogique simplifié pour leur expliquer les tontons et les papis mamies mais à part le fait d’avoir bien ri ils n’ont rien compris et tout s’est terminé en caca boudin et caca qui pète (après le non, on évolue carrément non ?!? )

Bon ce n’était pas de notre arbre généalogique dont je voulais vous parler mais plutôt mon ressenti après avoir partagé ces moments familiaux. Je me rends compte que si nous avons tous juré étant jeunes : je ne serai pas comme ma mère, ou je ne serai pas comme mon père ou… pour rien au monde je ne ferai les mêmes choses que mes parents. Et bien finalement c’est lors de réunions familiales que l’on capte furtivement des explications, un mode d’emploi ou que l’on peut ressentir de la compréhension, de l’empathie pour celui ou celle qui partage notre vie. Lire la suite

Sans commentaire #11

Et voilà les « 1 an » sont passés. Un WE en famille pour fêter cela dignement, des cadeaux, des cadeaux, encore des cadeaux et beaucoup de bonne humeur. La première rencontre des grands-parents entre eux (il était temps !) après 5 ans de vie commune… Et surtout deux doudous déjà si grands, si différents l’un de l’autre et si complémentaires surtout dans les bêtises et les éclats de rires. Encore bon anniversaire mes amours !

Sans commentaire #3

Dur retour à la réalité…

Après 4 jours avec l’aide de mes parents… c’est à dire ne pas être la seule debout à 7h un 1er janvier, mettre les pieds sous la table pour de bons petits plats de maman, avoir le temps de prendre une vraie douche (avec le luxe de pouvoir mettre de la crème hydratante), donner un biberon dans le calme pendant que l’autre n’attend pas en hurlant, avoir tous ces petits riens qui ne marchaient pas mais qui, une fois réparés par papa, simplifient la vie… bref tout simplement merci à mes parents d’être là depuis 35 ans. Je vous souhaite tout le bonheur du monde pour 2015. Love…

PS. Il faudrait vraiment faire quelque chose pour réduire ces 800 km qui nous séparent !!!! 😉