Bientôt 5 ans…

Cela fait un peu cliché je sais mais le temps passe bien trop vite. Déjà 5 ans.

5 ans de mes deux crapules, un tas d’étapes, de challenges, des coups de mou, des succès, des fous rires, des cris, des pleurs, des crises, des accidents, du bonheur, des chamailleries, des instants volés, peu de tête à tête mais une équipe soudée, de la jalousie, la fin de la sieste, des conversations d’adultes, un « s »eveux sur la langue, des bouderies, des trottinettes de grands à deux roues…

Je pourrais faire une longue liste…

J’oscille entre nostalgie de mes bébés et bonheur de pouvoir profiter d’une certaine liberté désormais. Nous pouvons sur des coups de tête aller au restaurant, partir la journée, veiller, prendre le train sans saouler tout le wagon, marcher dans tout Paris, partir en weekend tous les trois, aller diner au restaurant de papa le samedi soir comme des grands.

Est-ce égoïste de ma part ? Peut-être que ce qui me manque surtout c’est de moins ressentir leur dépendance, de devoir demander des câlins, de moins les avoir avec moi. J’aimais tant leurs pas hésitants au début de la marche, leur coupe de cheveux à la Mireille Mathieu ou leurs bouclettes, la découverte des mots et des sons, les mains potelées, leurs premières découvertes.

Mais chaque étape est un bonheur. Leur logique si différente de la notre et leurs conversations : je crois que c’est ce que je préfère en ce moment. Mes deux petites personnes d’amour, mon équipe !

La rentrée – la fameuse

Il est tard, je devrais travailler mais l’envie n’y est pas. Je préfère venir écrire quelques mots ici.

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression que le temps est suspendu.

Pourtant cette fameuse rentrée a bien eu lieu. Mon angoisse, ma nostalgie (de les voir déjà si grands), j’ai l’impression de les avoir passées à ma fille qui a beaucoup de mal à se faire à ce nouveau monde. Elle pourtant si chipie, si « décideuse » si bruyante et si expansive se mord la lèvre devant le monde, se tait, se place en retrait, serre ma main puis finalement éclate en sanglots et s’accroche à moi chaque matin quand je dois quitter la classe.

C’est dur. Ca me fend le coeur. Je sais qu’elle arrête quelques minutes après, je sais qu’elle participe aux activités et joue avec ses amis qu’elle a retrouvé de la crèche. Je sais que son frère très à l’aise la soutient. Mais je ne sais pas comment l’aider à passer ce cap. Je n’ai pas la solution et ne suis pas assez bien dans mes baskets pour être convaincante j’imagine.  Lire la suite

A l’approche des « 1 an »

Nous approchons à grands pas des « 1 an » des enfants et cela remue pas mal de souvenirs et un peu de nostalgie… Cela me parait si loin et pourtant encore si intense… 3 ans de PMA, la fausse couche, la bonne nouvelle, l’annonce du doublé puis quelques temps après l’annonce du « garçon & fille » …

Ensuite j’ai plutôt souvenir de beaucoup d’anxiété, de « grossesse à risque », d’être obligée d’arrêter de travailler à cause de malaises, puis confinée à la maison pour finir alitée avec un col qui diminuait à vue d’œil, des visites hebdomadaires à Necker, des piqures, un ventre énorme, des contractions et des nuits blanches. Lire la suite